Chargement.
Patientez.

Menu

33-673-470-111

info@aftnp.org

Faut'il surveiller de façon rapprochée après résection du cancer du poumon ?

AccueilActualitésCancer du PoumonFaut'il surveiller de façon rapprochée après résection du cancer du poumon ?
AccueilActualitésCancer du PoumonFaut'il surveiller de façon rapprochée après résection du cancer du poumon ?
Faut'il surveiller de façon rapprochée après résection du cancer du poumon ?

Faut'il surveiller de façon rapprochée après résection du cancer du poumon ?

publié dans Cancer du Poumon par Zouhair Souissi

Selon une étude publiée dans le numéro d'octobre de la revue Annals of Surgery, une surveillance plus fréquente n'est pas associée à une survie améliorée, même chez les patients en cours de résection pour cancer du poumon non à petites cellules (CBNPC). 

Timothy L. McMurry, Ph.D., du système de santé de l'université de Virginie à Charlottesville, et ses collègues ont examiné la corrélation potentielle entre l'intensité de la surveillance après résection chirurgicale pour CPNPC et la survie.

Les patients atteints de CPNPC de stade I à III ont été choisis au hasard pour la réextraction des données. Les bureaux d'enregistrement ont documenté toutes les procédures d'imagerie postopératoire chez les patients diagnostiqués entre 2006 et 2007 et suivis pendant cinq ans jusqu'en 2012. Un total de 4 463 patients ont été soumis à une surveillance par tomodensitométrie; ils ont été regroupés en fonction du temps écoulé entre la chirurgie et la première surveillance.

Alors que le nombre de survivants du cancer du poumon augmente au cours de la prochaine décennie, la surveillance est une préoccupation et une dépense de plus en plus importantes en matière de soins de santé, écrivent les auteurs. 

Les chercheurs ont découvert que les patients au stade avancé étaient soumis à une surveillance accrue. Il n'y avait pas de corrélation entre une surveillance plus fréquente et une survie globale ajustée au risque plus longue (ratio de risque sur six mois de 1,16 [intervalle de confiance à 95%, 0,99 à 1,36] et annuel de 1,06 [intervalle de confiance à 95%, 0,86 à 1,31] versus trois mois. ; P = 0,14).

Il n'y avait pas non plus de corrélation entre une imagerie plus fréquente et la survie après la survenue (ratio de risque, 1,02 par mois depuis l'imagerie; intervalle de confiance à 95%, 0,99 à 1,04; P = 0,43).

Source : Annals of Surgery: October 2018 - Volume 268 - Issue 4 - p 632–639

Cancer du poumon Dépistage Surveillance Survie


28 01, 15

A propos de l'auteur

 

 

 

 

Connectez-vous pour commenter